Elevage de canards de Julen Perez © Guillaume FAUVEAU
Julen Perez et son associée font tout eux-mêmes : élevage, gavage, transformation, vente. © Guillaume FAUVEAU
Elevage de canards de Julen Perez © Guillaume FAUVEAU
Les canards sont élevés en plein air pendant quinze semaines. © Guillaume FAUVEAU
Elevage de canards de Julen Perez © Guillaume FAUVEAU
L'aliment des canards est composé de maïs et de soja cultivés sur place. © Guillaume FAUVEAU
Elevage de canards de Julen Perez © Guillaume FAUVEAU
Les éleveurs ont mis en place les mesures de biosécurité exigées par les autorités sanitaires. © Guillaume FAUVEAU
Elevage de canards de Julen Perez © Guillaume FAUVEAU
À l'âge de quinze semaines, une soixantaine de canards sont amenés en parcs collectifs de gavage, où ils passent deux semaines avant d'être abattus. © Guillaume FAUVEAU
Julen Perez, syndiqué à ELB, s'opposera à l'abattage de ses canards sains. © Guillaume FAUVEAU
Syndiqué à ELB, Julen Perez s'opposera à l'abattage préventif de ses canards sains. © Guillaume FAUVEAU
Julen Perez et Sabrina Larzabal. © Idoki
Sabrina Larzabal et Julen Perez se sont installés en 2019 à Lohitzun-Oyhercq. © Idoki
Elevage de canards de Julen Perez © Guillaume FAUVEAU
La ferme « Beti Aintzina » pratique la vente directe et fournit des restaurants étoilés. © Guillaume FAUVEAU
En Soule, la grippe aviaire menace un élevage avicole en autarcie

Sabrina Larzabal et Julen Perez ont créé en 2019 la ferme « Beti Aintzina », à Lohitzun-Oyhercq. Les deux trentenaires élèvent, en plein air, environ 2 000 canards kriaxera. Alors que l'épizootie d'influenza aviaire se rapproche du Pays Basque, les deux éleveurs refuseront l'abattage de leurs canards sains si les autorités le leur demandent. La race kriaxera, locale, ancienne et rustique, avait combattu la maladie lors de la précédente crise sanitaire, en 2017.