« Si c’est flou, il y a une loup », un slogan dénonçant l’article 24 de la loi qui prévoit le floutage des policiers en opération dans les images diffusées par les médias. © Guillaume FAUVEAU
« Si c’est flou, il y a une loup », un slogan dénonçant l’article 24 de la loi qui prévoit le floutage des policiers en opération dans les images diffusées par les médias. © Guillaume FAUVEAU
Syndicats, partis politiques, associations, Gilets Jaunes donnent des couleurs au cortège bayonnais. © Guillaume FAUVEAU
Syndicats, partis politiques, associations, Gilets Jaunes donnent des couleurs au cortège bayonnais. © Guillaume FAUVEAU
Le référendum d’initiative citoyenne reste l’une des principales revendications des Gilets Jaunes. © Guillaume FAUVEAU
Le référendum d’initiative citoyenne reste l’une des principales revendications des Gilets Jaunes. © Guillaume FAUVEAU
L’article 24, disposition de la loi la plus contestée, punira d’un an de prison la diffusion du visage ou de tout élément d’identification d’un policier ou d’un gendarme en opération. © Guillaume FAUVEAU
L’article 24, disposition de la loi la plus contestée, punira d’un an de prison la diffusion du visage ou de tout élément d’identification d’un policier ou d’un gendarme en opération. © Guillaume FAUVEAU
La police est allé à la rencontre des manifestants quelques jours après qu’un policier municipal ait tué par balle une automobiliste à Bayonne lors d’un contrôle. © Guillaume FAUVEAU
La police est allé à la rencontre des manifestants quelques jours après qu’un policier municipal ait tué par balle une automobiliste à Bayonne lors d’un contrôle. © Guillaume FAUVEAU
La loi « sécurité globale » continue de mobiliser dans tout l’Hexagone à travers la coordination #StopLoiSécuritéGlobale. © Guillaume FAUVEAU
La loi « sécurité globale » continue de mobiliser dans tout l’Hexagone à travers la coordination #StopLoiSécuritéGlobale. © Guillaume FAUVEAU
La loi « sécurité globale » continue de mobiliser à Bayonne

Samedi matin à Bayonne, près de 300 personnes ont manifesté contre la loi de « Sécurité globale ». Après une trêve dans la mobilisation lors des fêtes de fin d’année, syndicats, partis politiques, Gilets Jaunes et associations ont manifesté pour la quatrième fois dans la ville sous-préfecture.